En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Labex-tulip Logos tutelles

Labex TULIP

Deux projets sélectionnés pour la première vague d'AO Innovation 2016 !

Deux projets sélectionnés pour la première vague d'AO Innovation 2016 !
Le LabEx TULIP a lancé en novembre 2015 un appel à projets visant à soutenir des actions de valorisation ou de pré-maturation émergeant de la communauté TULIP et des partenaires privés. Après examen par le Comité Innovation des projets soumis à l’AO, deux projets seront financés.

Projet MetAqua : simuler la dynamique des populations aquacoles

LOGOTYPE TerrOïko 5x4 cm

Ce projet résulte d’un constat sur les besoins actuels concernant la gestion éclairée des eaux douces. Ces besoins sont doubles et concernent la nécessité impérieuse de développer des outils 1) de gestion de la connectivité au sein des rivières, des plans d’eau et des zones humides de façon générale sous l’appellation de « la trame bleue », et 2) le besoin urgent d’outils de simulation de dynamique des populations pour analyser concrètement quelles sont les méthodes de gestion qui améliorent le plus la connectivité et leur efficience sur les habitats protégés. Ce double constat a conduit les tenants de MetAqua, projet porté par Simon Blanchet, à utiliser leurs compétences en génétique des populations et leur connaissance des milieux aquatiques pour adapter le modèle SimOïko (plateforme de simulation terrestre déjà existante développée par l’entreprise TerrOïko) à la simulation des espèces aquatiques dans leur environnement. Ce projet sera co-financé par Tulip et TerrOïko.

Projet FlyPeps : vers des outils de biocontrôle

Logomicropeptechnologies

Jean-Philippe Combier et Serge Plaza proposent d’utiliser une approche bioinformatique pour rechercher in silico des miRNAs de Drosophile impliqués dans la croissance et la reproduction des mouches. L’identification des miPEPs correspondants, permettant de contrôler l’expression des microARNs, puis le traitement des mouches par ces peptides devrait permettre d’identifier des miPEPs bloquant le développement des drosophiles.

L’objectif à terme des porteurs du projet est d’identifier des molécules capables de limiter l’infestation parasitaire. Par exemple en agissant sur Batrocera oleae la mouche de l’Olive, principal fléau du commerce d’olives ; ou sur Ceratitis capitata, qui infeste plus de 200 espèces de fruits et légumes autour du monde. Enfin, une autre cible pourrait être Drosophila suzukii qui contrairement à ses consœurs vivant sur les fruits mûrs, injecte quant à elle ses œufs dans les fruits en maturation, soit juste avant leur récolte. Le potentiel du contrôle biologique des parasites par les miPEPs interférant avec leur cycle de vie est pour cela un point d'intérêt et un challenge. Le projet sera co-financé par TULIP et par la société MicroPep Technologies créée récemment.