En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Labex-tulip Logos tutelles

Labex TULIP

Explorer les effets combinés du réchauffement climatique et de la fragmentation de l'habitat sur la biodiversité

Effets combinés du réchauffement climatique et de la fragmentation de l'habitat sur la biodiversité
José M. Montoya a décroché un financement ERC Consolidator en décembre 2016. Prenant l'opportunité du lancement du projet le 1er juin 2017, José nous explique les tenants et les aboutissants du Projet FRAGLIM.

Le réchauffement climatique et la fragmentation de l'habitat sont les principales menaces pour la biodiversité et les écosystèmes à l'échelle mondiale. Prévoir et atténuer leurs effets est le défi environnemental de notre époque, cependant il existe une lacune fondamentale en ce qui concerne notre compréhension des deux effets combinés. Les chercheurs de la SETE visent à déterminer les effets individuels et combinés du réchauffement climatique et de la fragmentation de l'habitat sur la biodiversité, la dynamique de la communauté et le fonctionnement de l'écosystème dans les communautés multitrophiques complexes.

Financer une équipe de 8 personnes pour 5 ans

Le financement ERC permettra à JMM d'augmenter la taille de son groupe de recherche en recrutant 8 personnes: 4 post-doctorants, 2 étudiants en doctorat, 1 technicien et 1 assistant administratif. Trois autres personnes se sont jointes au projet en tant que collaborateurs : Bart Haegeman et Simon Blanchet de SETE, et Gabriel Yvon-Durocher, de l'Université d'Exeter (Royaume-Uni). Le projet vise à combiner le développement de nouvelles théories et modèles en dialogue étroit avec une expérience unique à large échelle au sein d'un système de méta-mésocosme aquatique sur le long terme. L'équipe étudiera également l'ampleur de l'adaptation évolutive au réchauffement et à l'isolement en raison de la fragmentation et de ses conséquences pour la dynamique de la biodiversité dans une communauté multitrophique complexe formée par des dizaines d'espèces différentes de phytoplancton et de zooplancton. Cet écosystème leur permettra de considérer plusieurs espèces entre différents niveaux trophiques, des producteurs primaires aux prédateurs.

Développer et tester une théorie des effets combinés de la température et de la fragmentation

Nous connaissons relativement bien les effets indépendants du réchauffement et de la fragmentation dans les communautés multispécifiques. Cependant, nous ne connaissons presque rien de l'action conjointe de ces deux facteurs de stress ni de comment les unir en une théorie intégrative de leurs effets combinés. Dans le cadre du projet FRAGLIM, l'équipe de José M. Montoya tentera d'élaborer une théorie générale qui s'appliquerait à tout type d'écosystème. Il prévoit de tester en parallèle cette théorie dans des méta-écosystèmes aquatiques pélagiques contrôlés en termes de température et de fragmentation."Nous voulons examiner les multiples dimensions du changement d'écosystème dans des communautés ayant une grande complexité verticale et horizontale. Ces effets comprennent notamment les changements dans le nombre d'espèces et les abondances à chaque niveau trophique, la relation entre la taille corporelle et l'abondance, la dynamique et la stabilité de la communauté au fil du temps, et les fonctions de l'écosystème qui sont très pertinentes à l'échelle mondiale comme le cycle du carbone. Nous souhaitons répondre à des questions telles que : combien de dioxyde de carbone est absorbé et produit par une communauté ? Si les communautés deviennent moins stables sous l'action conjointe du réchauffement et de la fragmentation, ou bien quels sont les changements dans la relation taille corporelle / abondance dans les systèmes fragmentés lorsque le réchauffement se produit ? Ou encore dans quelle mesure les adaptations évolutives peuvent atténuer les effets du changement climatique ?"

Donner aux décideurs les données pour concevoir leur politique

« Nous voulons que notre science ait une incidence sur la façon dont les décideurs politiques et les gestionnaires des écosystèmes intègrent les effets de plusieurs facteurs de stress environnementaux en même temps. »

Pour atteindre cet objectif, les porteurs du projet organiseront deux réunions spécifiques. Ces réunions seront centrées sur la façon d'utiliser les résultats du projet dans la gestion des écosystèmes : comment trouver des solutions adaptées pouvant être mises en œuvre dans la gestion et aider les décideurs à concevoir des politiques sur la base d'une solide expertise scientifique afin de faire émerger des politiques tenant compte des changements climatiques dans un contexte d'écosystèmes de plus en plus fragmentés. José le dit lui-même: "C'est un vrai défi. Plus que tout, nous devons ouvrir un dialogue".