En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Labex-tulip Logos tutelles

Labex TULIP

La voie Toll joue un rôle dans le dimorphisme sexuel de la réponse des mouches à une infection bactérienne

Rôle de la voie Toll dans le dimorphisme sexuel de réponse des mouches à une infection
Dans un article paru début 2018 dans la revue BMC Biology, David Duneau du laboratoire EDB (UMR 5174 - CNRS/UPS/IRD) au sein de TULIP en collaboration avec des chercheurs de Cornell (USA) et le soutien du LIA impliquant l’Instituto Gulbenkian de Ciência (Portugal), propose que le dimorphisme sexuel chez Drosophila melanogaster dans la susceptibilité à l'infection n’est pas lié à une simple faiblesse d’un sexe mais à la différence d’interaction avec un large spectre de bactéries Gram-positives et Gram-négatives.

Les chercheurs se sont intéressés à la compréhension du dimorphisme sexuel chez la drosophile dans la réponse à une infection. Pourquoi les mouches femelles survivent-elles moins bien, en conditions contrôlées (environnement et génétique), lorsqu’elles sont infectées ? Ce dimorphisme est probablement la règle plutôt que l’exception dans le règne animal et s’exprime soit par des différences de prévalence et/ou de sévérité des maladies infectieuses. Par exemple, dans les conditions de laboratoire, les drosophiles femelles meurent généralement plus que les mâles. Cependant, l'existence d'exceptions à cette règle suggèrent que les femelles Drosophile ne sont pas immunitairement plus faibles que les mâles mais que cela dépend du type d’interaction hôte parasite.

En étudiant l’interaction avec la bactérie Gram-négative Providencia rettgeri, les chercheurs ont montré que c’est la capacité à contrôler la croissance bactérienne qui différencie les sexes en termes de réponses à l’infection. S’appuyant sur les résultats de l’article eLife (ayant déjà fait l’objet d’un Fait marquant TULIP en 2017), ils ont également montré que la différence observée était une différence de« time to control ». Les mouches mâles contrôlent plus tôt l’infection que les femelles (12 heures contre 15h chez les femelles – ces quelques heures faisant toute la différence).

Les données d’expression génique des deux sexes pendant l’infection sont disponibles en ligne

FlySexsick-seq est une ressource transcriptomique pour l'étude des réponses sexuellement différentes à une infection. Dans FlySexsick, vous pouvez trouver des données d'expression génique pour chaque gène en absence d’infection (UC) et suite à l'injection de la bactérie à Gram-négatif Providencia rettgeri. Les données fournies sont les données d'expression à 8 heures après l'infection avec ou sans appareil reproductif.

 http://flysexsick.buchonlab.com/

Pourquoi ce dimorphisme entre mâles et femelles ?

Intégré au laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB) grâce à une bourse post-doc TULIP Young Scientists for the future, David Duneau nous explique ainsi :

« Nous avons testé l’implication de plusieurs réponses immunitaires de D. melanogaster. Lorsqu’on neutralise génétiquement la capacité d’activation de la voie communément associée au contrôle des bactéries Gram-négative – la voie Imd - le dimorphisme est encore présent. En revanche, en neutralisant l’activation de la voie communément associée au contrôle des bactéries Gram-positives et aux infections fongiques – la voie Toll- le dimorphisme de survie à l’infection par la bactérie Gram-négative P. rettgeri disparaît. La voie Toll peut être activée de deux façons: soit par la reconnaissance des parois cellulaires des bactéries soit par la reconnaissance de substances que les bactéries sécrètent activement durant l’infection. »

C’est grâce à la reconnaissance de l’activité bactérienne par la voie Toll que la réponse immunitaire est ouverte et que la différence de résistance s’exprime. Ce résultat, au-delà de nous révéler une des bases du dimorphisme sexuel, nous révèle que la voie Toll, est une clé non seulement dans l’interaction entre un insecte et les bactéries Gram-positive ou les infections fongiques, mais également avec les bactéries Gram-négative.

Quelle est la cause de ce dimorphisme sexuel immunitaire ?

Bien que la voie Toll soit clairement dimorphique entre mâles et femelles, la base de ce dimorphisme reste à déterminer. Une hypothèse raisonnable est que les différences hormonales entre les femelles et les mâles génèrent cette différence. L'effet immunosuppresseur des hormones est fréquemment proposé comme principal mécanisme proximal du dimorphisme sexuel dans la sensibilité des mammifères à l'infection. Or, il est intéressant de noter que la  voie Toll est extrêmement conservée, on la retrouve chez les vertébrés et les insectes, et qu’il est par ailleurs connu que systèmes endocrinien et immunitaire interagissent aussi chez les insectes. Bien que les études chez les mammifères aient mis l'accent sur le système immunitaire acquis les auteurs proposent, sur la base des données sur D. melanogaster que les différences endocrinologiques peuvent également influencer le dimorphisme sexuel dans l'immunité innée.

Voir aussi

David F. Duneau et al. The Toll pathway underlies host sexual dimorphism in resistance to both Gramnegative and Gram-positive bacteria in mated Drosophila. BMC Biology (2018). DOI 10.1186/s12915-017-0466-3