En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Labex-tulip Logos tutelles

Labex TULIP

Décrypter le dialogue chimique entre plante et champignon symbiotique

Spores de champignon
Les associations à bénéfice réciproque ou « symbioses » entre des plantes et des champignons mycorhiziens sont à la fois anciennes et répandues. Elles jouent même un rôle central dans la plupart des écosystèmes végétaux, à la fois parce qu’elles améliorent l'absorption des minéraux du sol mais également parce qu’elles contribuent à la protection des plantes contre des agents pathogènes fongiques.
FM barker

Une étape cruciale dans la mise en place de ces symbioses racinaires est l’échange réciproque de signaux chimiques entre le champignon et la plante hôte, conduisant alors à une reconnaissance mutuelle des deux partenaires. Malgré l'importance de ces associations bénéfiques, plusieurs caractéristiques de ce dialogue moléculaire restent à clarifier, et en particulier la nature et l'activité des signaux symbiotiques d'origine fongiques ou facteurs « Myc » pour « mycorhiziens ».

Afin de faciliter leur identification, les chercheurs ont développé un test biologique rapide et sensible basé sur l'activation d’une voie de signalisation dépendante de la détection de molécules originaires du champignon au sein des racines d’une plante modèle, la légumineuseMedicagotruncatula. Cette approche originale a mené à la découverte que des oligomères de chitine (COs) de chaîne courte constitueraient des candidats potentiels comme signaux fongiques. Ces molécules, biologiquement actives à des concentrations très faibles (sub-micromolaires), sont d’une part présentes dans les exsudats d’un large éventail de champignons mycorhiziens. D’autre part, les chercheurs ont remarqué que leurs concentrations augmentent brusquement en présence de strigolactones, des signaux symbiotiques d’origine végétale.

L’ensemble de ces indices suggèrent que les COs d’origine fongique font partie intégrante du dialogue moléculaire menant à l’association plante-champignon. Il reste maintenant à déterminer comment ces molécules sont perçues par l'hôte et quelle est la nature des gènes symbiotiques activés lors des premières étapes de l'interaction. De plus, alors que d’autres équipes du FRAIB ont identifié des molécules (lipochito-oligosaccharides - Maillet et al., Nature 2011, 469, 58-6) également impliquées dans ce dialogue, le rôle respectif de chacune d’entre elles demeure encore à déterminer…

Télécharger le fait marquant (pdf en anglais) >>>