Rechercher
Accueil

Actualités

Hyper dominance du cycle de carbone Amazonien

Hyper dominance du cycle de carbone Amazonien
Outre leur diversité, les arbres Amazoniens occupent une place prépondérante dans le cycle du carbone. Par leur croissance et en dépit de la mortalité, ils stockent plus de carbone organique dans l...

Lire la suite

Liens familiaux, gages d’adaptation ?

Fabien Jan
De nombreuses espèces animales vivent en meutes, couples, colonies… Pour autant, en regard d’espèces où les individus demeureraient isolés, s’il y a bien des avantages à de telles organisations soc...

Lire la suite

Les ruses moléculaires de l’Arabette

PopP2
Camouflage, vitesse, illusion d’optique… Le règne animal regorge de stratégies permettant aux prédateurs de capturer leurs proies ou, inversement, à ces dernières de leur échapper. Il est cependant...

Lire la suite

Séminaires D. S. Guttman & D .Desveaux

D. S. Guttman & D .Desveaux
A l'occasion de la venue de deux chercheurs de renom, David S. Guttman & Darrell Desveaux, tout deux de l'université de Toronto, département de cellules et systèmes biologiques, assureront la tenue...

Lire la suite

Biological Nitrogen fixation

Covers
Frans J. De Brujin, chercheur au LIPM, vient de publier deux ouvrages faisant le point sur la fixation de l'azote chez les plantes. Biological Nitrogen Fixation est un ouvrage couvrant le vaste spe...

Lire la suite

Toutes les actualités

Pourquoi TULIP ?

Face à l’accroissement de la population mondiale, l’humanité doit faire face à des défis de plus en plus nombreux. Parmi eux, le maintien de la biodiversité dans des milieux où l'empreinte des humains est de plus en plus visible, l'alimentation et l'utilisation des sols ou de l'eau sont, sans nul doute, des priorités. Le Laboratoire d’Excellence (LabEx) TULIP s’inscrit pleinement dans ces enjeux, apportant l’éclairage de 400 scientifiques de tout statut sur un domaine chaque jour plus préoccupant.


Le Labex TULIP vise à développer une théorie globale des interactions entre organismes, afin d’étudier leurs rôles dans l’adaptation des organismes vivants aux changements environnementaux. En se basant sur des approches complémentaires et multidisciplinaires, impliquant des organismes microbiens, végétaux ou animaux sur des modèles expérimentaux à grande échelle, le tout couplé à des approches théoriques, les scientifiques espèrent prédire l’évolution des ressources et, à terme, apporter des solutions aux problèmes qui, prochainement, nous impacteront.


Ce projet vise par exemple à développer de nouveaux intrants, plus respectueux de l’environnement, à améliorer génétiquement les espèces végétales afin de les rendre plus résistantes aux maladies, ou plus généralement à développer des stratégies de gestion durable de l’environnement.





Logo LabEx TULIP