En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Labex-tulip Logos tutelles

Labex TULIP

Projets New frontiers

L’objectif de cet appel à projets est de soutenir les projets repoussant les frontières de nos thématiques, ayant éventuellement une certaine prise de risque et ne correspondant pas encore à des projets déposables auprès de l'ANR ou des programmes similaires. Une enveloppe annuelle de 150 k€/an est dédiée à cet appel à projets et utilisable pour toutes dépenses : fonctionnement, subcontracting, missions, colloques, personnel. Seul l'équipement (investissement) n'est pas prévu. Peu de projets seront retenus (2 à 5 projets maximum) afin d'atteindre un bon niveau de financement par projet. Leur durée pourra être d'un ou deux ans maximum. Le classement des projets est effectué par notre International Scientific Board.

Année 2016

Les nouveaux projets TULIP New Frontiers ont été évalués par l'International Scientific Board (ISB) le 20 avril 2016 et ont fait l'objet d'une décision de financement par le Conseil Exécutif de TULIP. Quatre projets ont été retenus pour être financés sur deux ans parmi les quinze soumis par notre communauté :
 

Responsables du projet   

Intitulé du projet

Rang

Financement

Deslandes & Peeters

Explore Plant integrated decoy diversity to trap Ralstonia solanacearum type III effectors

1

80 K€

Gourion

Risks associated with nodulation (possibility that it can be exploited by pathogens)

2

80 K€

Combier

Function and comparative analysis of microRNA-encoded petides in plants and animals

3

80 K€

Ferdy

Adaptation of pathogens to host microbiomes

4

80 K€

Année 2014

projet PUJOL

Predicting the ability of wild populations to adapt as a function of non genetic inheritance (PAW)

Porteur : Benoit PUJOL (EDB)

La valeur adaptative de l'hérédité non génétique est débattue dans la littérature scientifique. A l'aide de données issues de populations naturelles de l'espèce Antirhinum majus complétées par des données expérimentales, le projet PAW testera les hypothèses suivantes :

  • les plantes exposées à l'ombre expriment une réponse plastique adaptative et héréditaire
  • les plantes « maternelles » transmettent à leur descendance l'environnement dans lequel cette réponse va prendre toute sa signification adaptative

Pour mener à bien ce projet, des expérimentations en jardin commun caractériseront la réponse plastique à un environnement contraignant. Les suivis en populations sauvages permettront d'évaluer l'héritabilité de la niche écologique maternelle et le gain en valeur sélective réalisé dans l'environnement naturel. Les implications de ce projet pour la compréhension de l'hérédité non génétique viendront renforcer les collaborations émergentes sur ce thème en France (réseau RTP3é du CNRS InEE et groupe thématique hérédité non génétique de la SFE).

Projet_S_Raffaelle

Virulence function and evolution of Sclerotinia signals manipulating plant RNA silencing pathways (ScleRNAi)
 

Porteur : Sylvain RAFFAELE (LIPM )

Sclerotinia sclerotiorum est le champignon pathogène à l’origine de la maladie de pourriture blanche ou pourriture du collet, touchant plus de 400 plantes hôtes différentes et menant à des pertes se chiffrant annuellement à plusieurs centaines de millions d'euros. Des données récentes indiquent que les champignons pathogènes de la famille de Sclerotinia   suppriment les réponses de défense des plantes grâce à des petits ARNs (sARN) qui, interférant avec certains gènes de la cellule hôte, empêche leur expression. Comment ce mécanisme a évolué et s’est adapté aux nombreuses plantes hôtes de Sclerotinia demeure pourtant inconnu.

Pour répondre à cette question, nous isolerons et analyserons ces molécules sARN produites par de multiples souches de Sclerotinia au cours de l'infection de la plante. Nous évaluerons de plus à quel point ces ARNs contribuent à la virulence de Sclerotinia et prédiront leurs cibles au sein du génome de plusieurs espèces de plantes sensibles. À plus long terme, ce projet apportera des éléments de compréhension concernant l'évolution et le fonctionnement de ces sARN comme facteurs de virulence et ouvrira des perspectives pour la conception de stratégies novatrices afin de lutter de manière durable contre les maladies fongiques des plantes.

Projet_A_Chaine

Human Altruism Genes

Porteur : Alexis CHAINE (SEEM)

Le domaine de la génétique comportementale a permis, au sein d’un large éventail d'organismes dont les humains, de découvrir de nombreux gènes associés à des comportements complexes tels que la coopération. L’Altruisme - une forme extrême de coopération qui entraîne un coût substantiel de la part du donateur - peut être grandement stabilisé en cas de similarité génétique entre le donneur et le receveur, comme constaté chez un certain nombre d'organismes. Or ces gènes n’ont jamais été recherchés chez les humains.

Dans ce projet, nous allons utiliser une base de données unique « d'altruismes avérés » et démontrés chez l'homme afin d'examiner d’une part si les « altruistes » ont un profil génétique différent des « non-altruistes » et d’autre part si altruistes et bénéficiaires sont plus susceptibles de partager des gènes commun malgré l'absence de liens de parenté directe. Ce projet, collaboration entre le Labex TULIP, la SEEM et des chercheurs de l'Université d'Exeter, au Royaume-Uni ouvre de larges collaborations.

 
 

Année 2012

Nom du projet

Responsable(s) du projet (laboratoire de rattachement)

Ralstonia S.

Etude du réseau métabolique de Ralstonia solanacearum et de sa dynamique lors de l'infection des plantes

Stéphane GENIN (LIPM)

Relations plante symbiote

Importance écologique des lipochitooligosaccharides comme molécules de signalisation dans les interactions biotiques des plantes.

Guillaume BECARD (LRSV)

Nodule induit par Ralstonia © C.Masson

Facteurs environnementaux et génétiques déclenchant une hypermutabilité au cours de l'évolution expérimentale des symbiotes de légumineuses.

Catherine MASSON (LIPM)

hérédité sociale

Hérédité sociale (SOC-H²)

Etienne DANCHIN (EDB)
La biologie est en train de vivre une profonde mutation suite à la découverte de l'existence de diverses formes d'hérédité non génétique. Il s'agit ici d'étudier l'impact réel de l'hérédité culturel sur l'hérédité du comportement animal.

Abeille © C.Delmas

Étude des réseaux d'interactions plantes-pollinisateurs par code-barres à ADN (POLLIBAR)

André PORNON (EDB) & Christophe ANDALO (EDB)

New Frontiers 2016

Un nouveau millésime pour les projets New Frontiers 2016

Les nouveaux projets TULIP New Frontiers ont été évalués par l'International Scientific Board (ISB) le 20 avril dernier et ont fait l'objet d'une...
Lire la suite
Appel d'Offre New Frontiers

Dernière ligne droite pour l'Appel d'Offre New Frontiers !

Il reste deux semaines aux porteurs de projets pour répondre à l’Appel d’Offre New Frontiers actuellement en cours jusqu'au 31 mars 2016. Cet...
Lire la suite