En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo TULIP Nouveau bandeau tutelles

Labex TULIP

L'ADN ancien révèle de nouvelles branches dans l'arbre de la famille de Dénisova

L'ADN ancien révèle de nouvelles branches dans l'arbre de la famille de Dénisova
© © Rozenn LE GUYADER / GQE - Le Moulon / CNRS Photothèque
Il est maintenant largement accepté que les hommes anatomiquement modernes se sont hybridés avec leurs parents proches, les Néandertaliens et les Dénisoviens, lors de leur dispersion hors d’Afrique. Une équipe internationale de recherche, incluant le Laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB - CNRS/Université de Toulouse III Paul Sabatier/IRD) apporte des résultats surprenants sur ce chapitre méconnu de l’histoire de notre espèce.

Cette étude paru dans le journal Cell, porte sur des fragments d’ADN de populations humaines vivant actuellement dans les îles d’Asie du Sud-Est et de Nouvelle-Guinée. Elle met en évidence une transmission de gènes de ces anciens homininés et précise que les ancêtres des Papous possèdent dans leur génome les traces non pas d’une, mais de deux lignées distinctes de Dénisoviens, qui auraient divergé il y a plusieurs centaines de milliers d’années. Les chercheurs suggèrent également que l’une de ces lignées dénisoviennes est si différente des autres qu’elle devrait être considérée comme une nouvelle espèce d’homininés archaïques.

En prenant en compte les études précédentes - qui ont identifié une troisième lignée de Dénisoviens dans les génomes actuels des Sibériens, Amérindiens et des Est-Asiatiques —tout « suggère que les hommes modernes se sont hybridés avec différentes populations de Denisova, qui étaient géographiquement isolées les unes des autres depuis un temps suffisant pour s’être génétiquement différenciées » indiquent les chercheurs.

Ces nouvelles découvertes montrent que les hommes modernes dans leur dispersion hors d’Afrique ont été pour la première fois confrontés à un nouvel environnement très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. « Nous pensions qu’il n’y avait que nous hommes modernes et les Néandertaliens », commente l’auteur Murray P Cox de l’université de Massey en Nouvelle Zélande. « Nous savons maintenant qu’il y avait une grande diversité de groupes de type « humain » présents sur le globe. Nos ancêtres les rencontraient en permanence ».

1-s2.0-S0092867419302181-fx1_lrg

Schéma synthétique de la rencontre et du mélange entre les groupes de Denisova et les Hommes modernes © Georgi Hudjashov

Cette nouvelle étude montre de manière inattendue, une hybridation supplémentaire entre les Papous et un des groupes de Denisova, suggérant que ce dernier vivait en Nouvelle-Guinée ou dans les îles proches. « Les gens pensent en général que les Dénisoviens vivaient très au nord sur le continent Asiatique » explique François-Xavier Ricaut, chercheur CNRS au laboratoire Evolution et Diversité Biologique de Toulouse. « Nos travaux montrent en fait que le centre de la diversité de ces homininés archaïques n’était pas l’Europe ou le Grand Nord, mais l’Asie tropicale ».

Il était déjà évident que les îles d’Asie du Sud-Est et de Nouvelle-Guinée représentaient un lieu particulier, avec des individus ayant davantage d’ADN de ces homininés archaïques que n’importe où ailleurs sur Terre. La région devient essentielle afin de comprendre l’évolution d’Homo sapiens en dehors d’Afrique et de nouveaux chapitres inconnus de cette histoire s’ouvrent désormais.

Pour mettre en lumière cette histoire inédite, cette équipe internationale a extrait les haplotypes archaïques de 161 génomes humains provenant de 14 îles d’Asie du Sud-Est et de Nouvelle-Guinée. Leurs analyses ont révélé de grands fragments d’ADN dont la présence ne peut s’expliquer par un seul événement d’introgression entre Denisova et l’Homme moderne dans la région. En effet, les populations actuelles papoues possèdent des centaines de variants génétiques provenant de deux lignées dénisoviennes profondément divergentes, qui se seraient séparées l’une de l’autre il y a plus de 350 mille ans.

Voir aussi

Multiple deeply divergent Denisovan ancestries in Papuans. Jacobs G, G Hudjashov, L Saag, P Kusuma, CC Darusallam, DJ Lawson, M Mondal, L Pagani, Ricaut F.-X., M Stoneking, M Metspalu, H Sudoyo, JS Lansing, MP Cox. 2019.  Cell, 11 avril 2019.