Faits marquants 2013

Faits marquants 2013

Dans ce dossier

R.Delvaux
L’éléphant de Bornéo, est un éléphant qui trompe… encore plus que ses congénères ! En effet, outre sa taille qui en fait le plus petit de son espèce et sa population réduite, ses origines, empreintes de mystère, font également polémique. Comment retracer l’histoire d’une espèce dont la dispersion géographique demeure si limitée, cantonnée à une petite zone au nord de l’immense île de Bornéo ? Peut-on comme pour l’homme lire son passé, son histoire, au sein de ses gènes ? En utilisant deux techniques de séquençage haut-débit, des chercheurs du laboratoire EDB (Evolution et diversité biologique) et de l’IGC (Instituto Gulbenkian de Ciência), en collaboration avec des chercheurs de Malaisie, du Pays de Galles, et des Etats Unis, ont pu effectuer une des premières analyses de génome complet d’une espèce en danger.
olives (JP ROGER)
Son fin feuillage vert argenté signe les paysages méditerranéens, mais ses racines historiques restent discutées : une équipe internationale de chercheurs apporte un nouvel éclairage à l'histoire complexe de l'olivier, situant l'origine de sa première domestication au Proche-Orient.
Spores de champignon
Les associations à bénéfice réciproque ou « symbioses » entre des plantes et des champignons mycorhiziens sont à la fois anciennes et répandues. Elles jouent même un rôle central dans la plupart des écosystèmes végétaux, à la fois parce qu’elles améliorent l'absorption des minéraux du sol mais également parce qu’elles contribuent à la protection des plantes contre des agents pathogènes fongiques.
Mort cellulaire
Un sabordage cellulaire ? Egalement appelé « mort cellulaire programmée », il correspond à un mécanisme de défense relativement répandu chez les végétaux. En effet, dès que des cellules végétales détectent la présence d’un organisme étranger dangereux, elles entament une procédure d’autodestruction afin d’endiguer le flot infectieux. L'agent pathogène dépendant des moyens de productions de la plante, de « l’usine » cellulaire, est alors incapable de se reproduire et de se propager. Une équipe toulousaine du LIPM (INRA/CNRS) vient de franchir un pas dans la compréhension de ce mécanisme de défense… pour le moins vital…
Feuille A.Thaliana
Chez les végétaux, alors que les gènes de résistance spécifiques, jusqu’alors largement utilisés, montrent leur limite face à l’évolution des organismes contre lesquels ils sont censés prémunir, une équipe du LIPM (UMR 2594 INRA / CNRS) associant biologistes moléculaires à un généticien de l’adaptation, vient d’identifier un gène de résistance dite « quantitative ». Alors que ce type de résistance était connu, les mécanismes moléculaires qui la sous-tendent demeuraient quant à eux très peu connus. Intérêt : la résistance induite est non seulement plus difficilement contournable mais joue également sur un plus large spectre d’envahisseurs. Tour d’horizon d’un nouvel axe de recherche incarné par une publication dans PLoS Genetics.
Symbiose
Qu’est ce qui sépare une bactérie pathogène d’une bactérie symbiotique ? Est possible de franchir les barrières qui les séparent ? Selon les découvertes une équipe de chercheurs toulousaine, peu de modifications semblent au final nécessaires pour transformer une « mauvaise » bactérie en une « bonne » !
Filaments
Les oomycètes, bien que longtemps assimilés aux champignons, sont en réalité des organismes plus proches des algues que de ces derniers. Le plus tristement célèbre d’entre eux, l’agent du mildiou de la pomme de terre, est à l’origine de la « grande famine » en Irlande, qui poussa bon gré, mal gré, une large part de la population à émigrer vers les Etats-Unis au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. Plus proche de nous, c’est un autre mildiou, originaire d’Amérique du Nord cette fois, qui cause des dégâts considérables au vignoble européen. Afin de comprendre et contrer le mode d’action de ces ravageurs, un groupe multidisciplinaire dirigé par A. Bottin (LRSV, CNRS/UPS) vient de soulever un coin du voile.
Oiseau
Les parasites, aussi insignifiants semblent-ils être, jouent un rôle clef dans la régulation de nombreuses espèces. Leurs formes, aptitudes… sont autant de témoignages d’évolutions, d’histoires, ou plutôt de « bio-histoires » toutes aussi riches en enseignements que celles des grands mammifères. Grâce au travail des chercheurs d’EDB, ces témoins muets passent aux aveux et révèlent, dans le cadre d’une publication au sein de l’« American Naturalist », les facteurs les ayant conduits à évoluer… jusqu'à former de nombreuses nouvelles espèces.
modélisation protéine
Il est un vieux rêve poursuivi par de nombreux chercheurs végétalistes : conférer aux plantes qui en sont initialement dépourvues la capacité d’établir des symbioses. Sous le terme de « symbiose », se cachent ici des interactions entre une plante et des microorganismes du sol, bactéries ou champignons. L’intérêt ? Les plantes utiliseraient alors l’air comme engrais ou, plus exactement, l’azote, le fameux « N » des engrais NPK, composant plus de 78% de l’air que nous respirons. Les problèmes qui se posent cependant pour déchiffrer puis reproduire un tel mécanisme sont multiples. Premier obstacle et point de départ de la symbiose côté plante, il faut que cette dernière détecte les molécules émises par ses potentiels partenaires. Or, c’est justement sur ce dernier point qu’une avancée prometteuse vient d’être réalisée par J-J Bono et ses collaborateurs au sein du LIPM (INRA / CNRS)…
Chabot
C’est désormais devenu fréquent, les actualités regorgent d’anecdotes sur le sujet : requins en Bretagne, poissons tropicaux au large des côtes monégasques… Les espèces remontent vers des milieux plus froids afin de tamponner les effets des changements climatiques. Cependant, si les poissons peuplant la grande bleue tiennent le haut du pavé, la question du déplacement des poissons d’eau douce, cantonnés à des bassins hydrographiques donnés, peut paraître encore plus préoccupante. Recoupant plus de 30 années d’observation, des chercheurs d’EDB (CNRS / Université Paul Sabatier / ENFA) viennent de publier dans la revue Ecography une étude en forme de douloureux constat…

Date de modification : 07 juin 2023 | Date de création : 10 décembre 2014 | Rédaction : G. Esteve