En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Labex-tulip Logos tutelles

Labex TULIP

L’analyse de données de milliers d’études suggère que tous les systèmes vivants suivent la même loi de croissance

Tous les systèmes vivants suivent la même loi de croissance
Un article publié dans PNAS par une équipe impliquant Michel Loreau, co-auteur de l’étude et directeur de la Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale (UMR CNRS/UT3), rassemble les données de plusieurs milliers d’études pour montrer que malgré la diversité infinie de la vie, bon nombre des caractéristiques les plus importantes des espèces respectent des lois universelles.

Où que l'on pose le regard, la diversité de la vie est impressionnante. Mais si les biologistes ont tendance à se concentrer sur la multitude des formes et modes de vie des espèces, ce qui unit les espèces peut parfois être plus intéressant que ce qui les distingue. À l’ère du « Big Data », nous pouvons maintenant voir cette diversité dans sa totalité, pour rechercher des propriétés universelles communes à toutes les organismes, grands et petits.

Les lois d’échelle reliant les principales caractéristiques démographiques et fonctionnelles des espèces à leur masse corporelle comptent parmi les patrons quantitatifs les plus universels en biologie. A l’intérieur des grands groupes taxonomiques du vivant, les quatre variables écologiques clés que sont le métabolisme, l’abondance, la croissance et la mortalité sont souvent liées à la masse corporelle par une loi de puissance dont l’exposant est de l'ordre de ¾. Les principales théories existantes attribuent cette relation à des contraintes biophysiques sur le métabolisme. Mais ces théories restent controversées, et les liens entre les quatre variables n’avaient jamais été étudiés de façon systématique sur l’ensemble du vivant.

Des chercheurs de l'Université autonome de Barcelone et de la Station d’écologie Théorique et Expérimentale (CNRS/Univ Toulouse Paul Sabatier) ont rassemblé les données de plusieurs milliers d’études portant sur l’ensemble du vivant. Les résultats de leurs travaux confirment que, malgré la très grande diversité du vivant, bon nombre des caractéristiques les plus importantes des espèces suivent des lois universelles qui les lient à leur masse corporelle, du protiste le plus petit à la baleine bleue. « Ces relations simples sont étonnamment fortes et révèlent des liens inattendus entre traits qui n’avaient pas été pleinement appréciés auparavant » explique Ian Hatton, l'auteur principal de l'étude, actuellement chercheur à l'Université autonome de Barcelone.

S’ils viennent confirmer et généraliser des lois universelles qui avaient déjà été démontrées ou pressenties par le passé, les résultats de cette étude remettent en cause radicalement l’une des théories les plus éminentes de l’écologie, connue sous le nom de « Théorie Métabolique de l’Écologie ». Cette théorie a fourni aux écologues l’un des cadres les plus importants pour comprendre les liens unissant les principales caractéristiques démographiques et fonctionnelles à leur masse corporelle. Elle part de l’idée que le taux métabolique d’un organisme est la principale limite de nombreux autres traits essentiels, y compris la rapidité avec laquelle l’organisme peut croître et se développer.

« L’une de nos principales conclusions est que le taux de croissance d'un organisme semble contrôler le métabolisme, et non l’inverse. », explique Michel Loreau, co-auteur de l’étude « Notre étude met la croissance au centre des contraintes biologiques qui gouvernent les patrons de la vie à grande échelle. »

Étant donné que la croissance est à la base de tous les processus biologiques et écologiques, depuis le développement ontogénique jusqu'au cancer, en passant par la production des ressources et le cycle mondial du carbone, la compréhension des facteurs qui déterminent la croissance des systèmes vivants pourrait s'avérer très importante.

« Ce qui est étonnant, c'est que peu importe où vous regardez, peu importe le type de système vivant que vous considérez, tout semble suivre la même loi de croissance », dit Ian Hatton. « Nous ne pouvons pas encore tout expliquer, mais nous pouvons anticiper que ceci a des implications très importantes. » Un article qui, tout en inversant les questionnements sur la relation entre différentes caractéristiques premières du vivant, offre donc une nouvelle perspective sur les caractéristiques les plus fondamentales de la vie et sur l’extraordinaire unité qui imprègne la diversité de la vie.

Voir aussi

Pour en savoir plus :

Hatton I, Dobson A, Storch D, Galbraith E, Loreau M. Linking scaling laws across eukaryotes. PNAS, www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.1900492116